Terre d'archéologie

   

Un peu de géologie


D'après Laurent BRUXELLES


 

Le causse majeur du Larzac se trouve au sud du Massif central.


A l'ère secondaire, vers 250 millions d'années, la mer occupe tout le territoire. S'y déposent de nombreux sédiments, sables, grés, marnes et surtout calcaire.


Vers 120 millions d'années, se produit un léger soulèvement, la mer se retire vers les garrigues languedociennes.


Ensuite lorsque se forme les Pyrénées, puis les Alpes, le soulèvement est accentué et les couches sédimentaires sont compressées créant ainsi des plis et des failles.


Finalement, l'érosion a sculpté ces plateaux calcaires en leur état actuel. Situé dans la moitié nord du causse du Larzac, le causse de l'Hospitalet constitue une unité géologique d'environ 200 km2.


De part et d'autre de l'autoroute, sur une vaste étendue plane et cultivée, on observe des reliefs dolomitiques ruiniformes et, plus au loin, des massifs calcaires dont les plus hauts dépassent 900m d'altitude.


Le territoire de l'Hospitalet est compris entre deux accidents majeurs orientés est-ouest issus de la tectonique pyrénéenne : la faille de La Pezade au sud et la faille de l'Hospitalet au nord.


Ces accidents jouent un rôle de barrière pour les circulations souterraines.


 Les deux plus grosses exsurgences qui drainent ce causse sont situées au fond des reculées contrôlées par la faille de l'Hospitalet.


A l'est, la source du Durzon et à l'est l'ouest, la source du Cernon.



http://www.karstologie.com/lacs.html


    

L'Hospitalet entre dans l'histoire gallo-romaine ...

Texte et photos Alain VERNHET, extraits de la revue  Pàtrimoni - n°10- septembre octobre 2007



En bordure de la voie romaine, on a découvert à la Vayssière une nécropole dont plus de 200 tombes ont été fouillées.Ces tombes, essentiellement datées du 1er et du 2ème siècle de notre ère, sont pour la plupart des incinérations réalisées sur place.Traditionnellement, on disposait dans la tombe un couteau de fer pour les hommes et un miroir de bronze argenté ou étamé pour les femmes.


On offrait toujours au mort une pièce de monnaie, la traditionnelle “obole à Charon”, pour qu'il puisse payer le batelier chargé de lui faire traverser le fleuve des Enfers et le conduire jusqu'aux Champs Elysées.


Tombe avec inhumation







... au terme d'un chantier de fouilles original.

   

Entre  1980 et 1986, la fouille de la nécropole a été réalisée par des archéologues bénévoles, sous l'oeil attentif du propriétaire exploitant, Robert Jannet, qui acceptait de déplacer momentanément ses cultures de blé. L'abondance des objets brisés nécessitait un soin très minutieux, des relevés systématiques et un tamisage de tous les déblais.


Des visiteurs de marque étaient invités à venir participer très simplement à ces travauxde fouille. C'est ainsi que l'on a reçu, entre autres, sur le chantier même, MichelLabrousse, Directeur Régional des Antiquités Historiques de Midi-Pyrénées, Jack Lang, alors Ministre de la Culture, et son épouse. Les fouilleurs étaient tout heureux de leur montrerleurs trouvailles et de les faire participer à leurs recherches.



Le chantier des années 80

   


Les découvertes

   





 
Service proposé par Smica - Powered by MagicSite